Des jouets en réseau ? Tout sauf intelligent !


Jouet d’écoute

Les jouets “intelligents” existent depuis de nombreuses années, et ils sont constamment perfectionnés. Il s’agit de jouets équipés d’appareils photo, de microphones ou de capteurs et qui fonctionnent en réseau avec d’autres appareils et serveurs via Bluetooth, WLAN ou d’autres interfaces. En d’autres termes : “Intelligent” signifie ici toujours : surveillance.

Dès 2015, nous avons fourni des informations sur la poupée Barbie parlante “Hello Barbie” et avons remis à Matell un jouet award. Le “Hello Barbie” pourrait être utilisé par les parents pour écouter les conversations dans la chambre des enfants. C’est dégradant et abusif. Les enfants ont également droit à la vie privée. Les parents doivent protéger ce droit, et non le bafouer !

En 2017, la poupée parlante “My friend Cayla” a attiré beaucoup d’attention dans les médias parce qu’elle a été classée comme un bug/transmetteur illégal par l’Agence fédérale des réseaux. Toute personne se trouvant dans la zone de réception de la poupée pouvait s’y connecter et transmettre via celle-ci. Des produits similaires du fabricant, par exemple le robot i-Que, ont également été touchés.

D’autres jouets “intelligents” qui n’ont pas été officiellement classés comme émetteurs ne sont pas moins inoffensifs en termes d’espionnage de nos données. Selon le jouet, les enregistrements sonores, les photos, les enregistrements vidéo, les données de localisation, les données d’utilisation et les informations sur l’appareil – sont stockés sur les serveurs respectifs des entreprises. Les serveurs correspondants sont souvent situés dans d’autres pays, par exemple aux États-Unis ou en Chine, qui ne sont pas soumis à une réglementation suffisante en matière de protection des données.

 

Qu’est-ce qui rend les données sur les enfants si particulières ?

Jusqu’à présent, les adultes ont été plus susceptibles d’être touchés par la rage de collecte de données des entreprises et des grandes sociétés. Cela est principalement dû au fait que les enfants de moins de 7 ans ne sont pas juridiquement compétents et que les enfants de moins de 18 ans n’ont qu’une capacité juridique limitée. Les processus bureaucratiques, les contrats, les assurances, les achats et les enregistrements sont principalement gérés par les tuteurs légaux. En outre, les enfants sont soumis à des mesures de protection spéciales, par exemple par le biais de la Convention des Nations unies sur les droits de l’enfant, de la loi fédérale sur la protection de l’enfance et des règles plus strictes concernant les données des mineurs dans le DSGVO. Les enfants divulguent donc moins de données que les adultes, ce qui incite les entreprises à exploiter ces données d’une autre manière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.